FastTrack • Your transformation, Facilitated!
Blog FastTrack

La grande mutation du travail est (déjà) en cours!

L’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information (NTIC), la crise économique, l’instantanéité, les nouveaux enjeux de l’entreprise qui induisent les changements sont autant de facteurs de l’évolution du monde du travail. Mais quelle sera la place de l’individu au travail dans cette nouvelle société numérique d’ici 10 à 15 ans ?

Fini le temps où l’individu entrait dans une organisation pour y faire toute sa carrière professionnelle. Aujourd’hui, les marchés demandent de la flexibilité et la robotisation automatise un nombre croissant d’emplois. Crédit-temps, télétravail, aménagement de fin de carrière, nomadisme professionnel,… Une mutation profonde du marché du travail est en cours et elle ne cesse de s’amplifier.

Vers de nouvelles compétences

Avec les nouvelles technologies de l’information, nous sommes entrés de plain-pied dans l’ère de l’ultra-connectivité, de l’instantanéité, du savoir accessible en tous lieux et à tous moments. Les technologies révolutionnent ainsi notre environnement de travail et nous poussent à développer de nouvelles compétences techniques (communiquer au travers du numérique), comportementales (savoir collaborer à distance et s’organiser efficacement), mais également sectorielles (savoir maîtriser les enjeux et la culture du secteur dans lequel l’individu évolue).

S’il s’avère facile d’identifier les compétences qui feront la différence sur le marché du travail de demain, il est beaucoup moins aisé de se projeter dans l’avenir pour déterminer comment les acteurs sociaux vont s’organiser et interagir.

Un travail si je veux quand je veux

Le concept d’union à long terme semble être de moins en moins valorisé. Beaucoup d’entre nous, et peut-être particulièrement les plus jeunes, ne recherchent plus une entreprise pour y travailler à vie. Ils recherchent à la fois un revenu, un développement professionnel, du sens et de la diversité. Ils sont dans une relation “donnant-donnant”, y compris dans leurs relations de travail. Ils ne savent pas comment la situation va évoluer et prennent ce qui les intéresse sur le moment.

Dans cette nouvelle gestion du temps, des lieux, de l’identité de l’employé et de sa carrière, émerge la figure de l’employé autonome, du freelance, de l’auto-entrepreneur. Il se forme, affine ses expertises, ses réseaux. Il est maître de son agenda, de son organisation. Il est libre de choisir le projet sur lequel il souhaite travailler. Plus que jamais, les questions d’épanouissement personnel, d’équilibre (ou d’intégration) entre vie privée et vie professionnelle reprennent de l’importance.

Vers une société du chacun pour soi ?

Dans cette nouvelle vision du travail qui accentue les comportements individualistes, l’avantage tient donc à plus d’autonomie, avec une forme de salariat moins subordonné. Les individus qui deviennent les artisans de leur propre trajectoire articulent des activités rémunérées et non-rémunérées, jonglent entre les statuts de salarié et d’indépendant. Dans cet univers naissant du chacun pour soi, ce sera à chacun de tirer son épingle du jeu et certains resteront peut-être sur le carreau : il y aura les experts, très demandés, et les autres, exerçant des compétences moins demandées. Sans compter les exclusions que peuvent induire l’avènement du monde numérique.

L’avenir du travail est sans aucun doute teinté de blanc et de noir. Mais pour le rendre plus coloré, il faudra que la société assure un maximum de protection aux futurs travailleurs et définisse des critères de travail décent. Il est temps que nous réfléchissions aux mécanismes et structures qui pourront soutenir les individus dans la construction d’un environnement professionnel riche, sécurisant et évolutif, car la grande mutation du travail a déjà bel et bien commencé! – @Ventat

Share it :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

39305a598bd2c28692e67cbe185d6525yyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy